Contact :

 

Yohan Anatayha

Thérapeute Bioénergéticien / Géobiologue
Formations, Consultations et Expertises
Co-directeur de la fondation Hanka
Président de l'association Hyzaekû

 

Mail : anatayha@protonmail.com

 Réponse à vos messages ou mails entre 48h à 72h.

 

Tél. : +336-65-54-10-71 (appels entre 18h30 et 20h)

 

 

Merci de favoriser le mail pour toute prise de rendez-vous.

  (Pour des renseignements, merci de ne pas utiliser les sms)

 
 


 

Un aperçu du début de mon parcours :

  

"Bien que le chemin de l'éveil est un mouvement permanent, qui évolue et s'enrichit à chaque instant, voici un petit aperçu de ce qui m'a conduit à mieux me connaitre. Que ce soit par la confection d'élixirs, l'enseignement, la géobiologie ou le soin énergétique.

Je me suis réveillé progressivement à l'adolescence, du sommeil commencé à la fin de l'enfance. C'est notamment par la pratique contemplative et de l'écoute de la forêt, des rivières et cascades, que j'ai appris peu à peu à comprendre le langage de la nature. La nature a commencé à s'ouvrir à moi lors de méditations, de plus en plus profondes. La méditation est ainsi devenue une pratique de plus en plus régulière jusqu'à devenir quotidienne depuis plus de 13 ans.

Dès le début, je sentis de grands bienfaits, des états intérieurs nouveaux et la paix qui s'installait. Cette paix intérieure que je trouve alors dans la nature devint vite comme un trésor que je cherchais à cultiver. Sans comprendre d'où elle venait, lorsque je la trouvait, elle m'enseignait, ses longs silences toujours ponctués de réponses. Cette aptitude m'a fasciné et m'a amené à de grandes transformations intérieures, faisant suite à des prises de consciences de plus en plus nombreuses et intenses. Ces dernières ont commencé à remettre en question mon mode de vie et finalement m'ont conduit en douceur sur un chemin intérieur et spirituel. A cette époque, je ne me rendais pas vraiment compte de cette démarche.

 

Puis, je rentre à l'Université, où j'étudie l'anthropologie, la science politique, le droit et la sociologie. Je décroche une Licence en Science politique. Passionné par une curiosité qui grandit avec mes études, j’arrêterai finalement en master pour me consacrer pleinement à ce qui me passionne depuis longtemps : la méditation, les thérapies énergétiques, le bien-être et la volonté d'aider l'autre à grandir. Cet arrêt fait suite à mon retour d'Amérique du sud, où j'étais parti pour rédiger ma thèse.

A mon intérêt pour la philosophie occidentale, succéda l'étude des spiritualités orientales, tibétaines, bouddhistes puis Amérindiennes.

Cette passion, de plus en plus forte, s'est développée parallèlement à mon parcours universitaire qui, bien qu'intéressant, me paraissait sur la fin de plus en plus "vide de l'essentiel". Essentiel que je vivais en méditation depuis plusieurs années sans parvenir à le définir.

Après avoir terminé ma Licence, j'ai pu temps rencontrer et travailler avec plusieurs guérisseurs / chamanes en France. Ces expériences m'ont poussé à faire ma thèse dans un cadre qui me permettrait de rencontrer des modes de vie plus "pures" et plus simples, peut-être aussi plus humains que ce que je voyais en Europe. Je suis ainsi poussé vers l'Amérique centrale.

Je pars donc pour un voyage initialement prévu sur 3 mois entre Mexique et Pérou qui durera finalement presqu'un an.

 

 

Un départ avec pour plan, de ne pas avoir de plan :

 

Je pars au Mexique avec un sac à dos et avec l'objectif de "découvrir le monde", d'apprendre une nouvelle langue et peut-être de rencontrer ces "Hommes-médecine", similaires mais différents de ceux que j'ai rencontré en France.

D'ailleurs, plusieurs d'entre eux m'avaient dit que je ferais comme eux plus tard. Dubitatif, je ne savais pas quoi en penser, j'étais curieux de leur façon de comprendre le monde et passionné par ce qui les animait. Mais j'avais ma "carrière" de tracée et une situation "sécurisée" grâce à mes diplômes. A ce moment là, une partie de moi commençait à douter de ce que ce chemin si sécurisé et cadré pouvait réellement m'apporter. L'autre partie de moi n'était pas encore prête à affronter les angoisses et les peurs que demandait un changement si brutal de chemin. Ce chemin, guidé par notre cœur, qui nous expulse à chaque nouvelle évolution (étape), de notre zone de confort...

 

Avec le temps, je compris à quel point ce départ marqua une transition dans ma vie. Qu'en réalité, je me suis engagé sur un chemin sans retour, de transformation, de rencontre, de guérison, qui changea ma vie à 360° de ce que mon mental avait planifié.

Détaché de tout ce que je connaissais, je ne parle pas la langue du pays dans lequel j'arrive et finalement je me retrouve en premier lieu face à moi-même. Je ré-apprends petit à petit une langue et pars traverser le Mexique, du nord au sud, d'est en ouest, puis d'ouest en est.

 

"La sagesse de l’Âme est folie pour la Raison"

 

Disait Sénèque, et bien qu'est-ce que ma Raison fut coriace ! Combien de fois elle me murmura de faire marche arrière, de ne pas croire en moi et en cette force qui me poussait à aller toujours plus loin. Combien de fois elle me disait que je devenais fou, que je ne pouvais pas suivre un chemin qui n'avait pas de cadre, qui ne répondait pas à une logique, un tracé défini. Patiemment, j'observais avec de plus en plus de recul ce détachement intérieur qui se produisait en moi. Je devenais de plus en plus observateur et j'avais clairement pour objectif d'affronter la solitude, jusqu'à être parfaitement en accord avec moi-même. J'ai rencontré beaucoup de personnes mais, avec le recul, je crois que les premiers mois de ce voyage m'ont avant tout permis de me rencontrer moi-même.

   

 

Le début d'une formation non-conventionnelle :

 

Après six mois et des milliers de kilomètres parcourus, je pars plus au sud me rapprocher de l'Amazonie. J'ai vécu ainsi plusieurs mois en Amérique du Sud, au Pérou, puis en Bolivie. J'ai rencontré sur mon chemin beaucoup de personnes et notamment deux chamanes de tradition Inca, les Quechuas, à qui je dois beaucoup. L'un dans les montagnes du Pérou, l'autre de Bolivie. Les savoirs et sagesses qu'ils m'ont partagé, m'ont donné la force nécessaire pour enclencher une nouveau départ, qui était en soi, une nouvelle épreuve. Mais surtout, le fait qu'ils soient tous deux venus à moi et non l'inverse m'a permis de désamorcer certaines résistances de mon mental, à ce chemin qui grandissait en moi et se dessinait plus clairement jour après jour.

 

De retour en France, je parviens à garder cette dynamique et le chemin se poursuit. Il me réserva d'ailleurs de beaux défis. En effet, alors que je pensais avoir fait le plus gros, je compris que je ne faisais que commencer un chemin initiatique, où les épreuves étaient de plus en plus grandes.

La voie du cœur me guidait petit à petit vers l'équilibre entre réalisation et construction personnel. Me réadapter à la France ne fut pas de tout repos mais mon idéal resta solidement gravé en moi. Réaliser un chemin qui à du cœur, aussi simple soit-il, cet objectif ne me lâchera plus et me guida remarquablement.

 

Les trésors de l'instant présent, ponctués de parfaites synchronicités me conduisent à la rencontre de plusieurs anciens et anciennes guérisseurs qui me formèrent durant plusieurs années.

Je rencontre ensuite plusieurs autres personnes qui ont joué un rôle important dont Nicolas Pauccar, un des derniers Q'ero, d'autres que je ne peux citer, mais aussi Yann Lipnick qui m'a apporté un outil "pratique", le Clair-ressenti (qui repose sur la perception des énergies vitales grâce aux mains) et mes premières expériences en tant que formateur.

Cette période, encadrée par des anciens, tous différents mais œuvrant dans une même direction, fut riche d'apprentissages, de savoirs et d'expériences qu'ils m'ont transmis avec une bienveillance qui me touche et m'inspire encore.

 

Après avoir terminé une formation d'énergéticien et de géobiologue, j'ai rapidement été assistant de Yann Lipnick, avant d'évoluer en formateur dans le domaine de la bioénergie.

Après un an d'enseignement, je sentais le besoin d'enrichir les outils que m'avaient apporté la bioénergie. Je savais que cette discipline nouvelle avait encore besoin de grandir. Mon besoin d'une pédagogie solide, mon goût pour la méditation et le développement intérieur et spirituel m'ont conduit à prendre du recul sur la bioénergie et la géobiologie. Cette approche était peut être trop "occidentale" et sur certains aspects trop superficielle. J'ai donc réalisé 2 ans de travail, de méditation et d'approfondissement avec deux amis avancés sur le chemin dont Jean-Loup List, qui était lui aussi déjà formateur dans ces domaines

 

 

La création de l'école HANKA :

 

A ce moment là, j'ai pris le temps de faire plusieurs retraites spirituelles et recherches intérieures. Mes découvertes personnelles et celles que j'ai pu faire avec des amis (partageant la même passion, les mêmes aptitudes et sensibilités), m'ont donné la matière et l'envie d'élargir ce que je partageais.

 

Mon goût pour la méditation, influencé par les traditions tibétaines et du chamanisme amérindien, m'a guidé vers une approche différente de ce que permet la bioénergie telle qu'elle était enseignée jusque-là, de manière masculine et finalement un peu froide selon moi.

C'est ainsi que nous avons développé, avec Jean-Loup List, un cursus autour de l'Aura et du Développement Intérieur et Spirituel. Ce cursus éclaire, avec un regard nouveau, le chemin de l'éveil et de la conscience de soi, élargissant la Bioénergie et enseignant des connaissances clefs pour parvenir à une vie nouvelle.

 

Notre objectif fut de comprendre et de transcrire le chemin d'éveil le plus adapté à notre époque et ses nouveaux possibles, tout en gardant les pieds sur terre. Nous avions déjà vu à de nombreuses reprises, les dérives des évolutions spirituelles qui manquaient d'ancrage ou de conscience. Finalement, de valeurs et de droiture qui nous semblaient évidentes pour avancer sur un chemin véritable mais qui n’étaient visiblement pas innées pour tous.

 

Ce fut la première étape d'un long travail intérieur, de contact avec le monde subtil, d'étude, de retraite et de recherche sur l'essentiel qui nous mena à la création de l'école Hanka en 2014.

 

Une école qui regroupe plusieurs formateurs autour des mêmes valeurs et d'une éthique commune afin de partager 3 cursus qui se complètent pour amener une cohérence sur le chemin d'évolution : la bioénergie, le développement intérieur et spirituel et la géobiologie. Finalement, un enseignement basé sur la connaissance de l'équilibre énergétique de l'humain mais aussi de celui des lieux de vie, sans oublier le travail de développement intérieur, spirituel qui s'offre à nous.

 

Mon activité aujourd'hui :

 

Aujourd'hui, partie prenante de cette belle dynamique collective qu'est l'école Hanka. Mon activité est partagée entre l'accompagnement des personnes en recherche de plus de bien-être, de connaissance de soi et d'harmonie avec la géobiologie, l’élixiro-thérapie, l'écriture et la formation.

Mes compétences sont ainsi appliquées au domaine privée mais aussi dans le domaine de l'entreprise où j'accompagne de nombreux dirigeants qui souhaitent remettre l'humain au cœur de leur démarche professionnelle.

 

Ainsi, mon accompagnement est triple, je conjugue l'accompagnement holistique, la géobiologie et l'enseignement, qui permettent de rendre les personnes autonomes dans leur développement personnel et spirituel. Tout cela pour qu'ils trouvent les clefs de leurs chemins et de leurs réalisations.

 

Trois axes qui se complémentent pour permettre à la personne d'exprimer son plein potentiel.

 

 

  • Agir pour la Terre :

 

Depuis fin 2009, je suis également président de l'association Hyzaekû, qui œuvre pour l'environnement. Notre but est actuel est la création d'une réserve naturelle en France. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.